Ardennes Coticule

 

Le coticule

 
Le coticule (du latin coticula: petite queue à aiguiser), appelé aussi schiste novaculaire ou pierre à aiguiser, est connu pour ses qualités extraordinaires d'affilage. Le sous-sol salmien renferme cette roche unique au monde dont les propriétés abrasives permettent d'affûter les plus fins tranchants mieux que tout autre aiguisoir grâce aux minuscules grenats dont la dureté est proche de celle du diamant.

Il y a 400 ans déjà, le coticule était exploité sur la commune. A cette époque, on trouvait le coticule dans l'ouest du comté de Salm, dans les alentours des villages de Salmchâteau, Grand-Sart, Regné…. Le coticule se trouve dans les schistes violets sous forme de filons étroits de 5 à 25 cm disposés en couches de phyllades. La teinte claire du coticule tranche violemment avec celle des schistes sombres. 

L'extraction du coticule à toujours été pénible, et pourtant malgré des conditions de travail très éprouvantes, il y eu très peu de grèves. Le travail en atelier était moins harassant; mais sciage, débitage et polissage nécessitaient l'usage de l'eau et du sable, les ouvriers avaient continuellement les mains usées. L'apprentissage commençait à 14 ans et avant 1921,  les journées de plus de 10 heures étaient courantes. Cette pierre à aiguiser était exportée dans beaucoup de régions. D'anciens documents confirment que vers 1600, l'on exportait du coticule à Venise. Au XVIIe siècle, les marchands de pierre se rendaient à Moscou, Londres et Smyrne (Turquie). Mais c'est au début du XXe siècle, que le coticule connut son heure de gloire. Il était expédié dans le monde entier, du Kenya à la Norvège, des Etats-Unis à l'Inde. Dans les années 1910-1920, un important fournisseur américain s'approvisionnait en pierre à aiguiser à Vielsalm.

Malgré cette renommée, l'exploitation du coticule est restée une entreprise essentiellement familiale. Cette activité n'a jamais su s'adapter à une exploitation à grande échelle, tant les veines de coticule présentent une disposition perturbée et aléatoire. De plus les coûts de productions élevés ont fait que le coticule ne pouvait pas rivaliser avec les pierres synthétiques. Vers 1900, on ne dénombre pas moins de 57 carrières dirigées par 56 patrons ! Il y eut des dynasties d'exploitants : les Jacques, les Andrianne et bien d'autres. Le dernier, Prosper Burton a travaillé jusqu'à son décès en 1982. Aujourd'hui, Ardennes Coticule reste la seule entreprise à extraire, travailler et commercialiser ce produit qui fait toujours figure de référence. Le coticule est toujours très apprécié dans le domaine de la boucherie, de l'Horeca, de la confection textile et des métiers du bois. Auparavant le secteur médical, la coiffure, le travail du cuir et l'horticulture étaient des habitués de l'usage du coticule mais différents facteurs ont provoqué la disparition presque totale de cette pierre dans ces domaines.
 
Comment affiler une lame avec le coticule ?
 
Pour bien utiliser le coticule, il doit d'abord être mouillé afin d’activer les grains. Pour les lames à tranchants courbes tels que les couteaux, la pierre maintenue sur une surface plane et le tranchant incliné à environ 20°, sera frotté en oblique sur la pierre. Si le tranchant est double, les deux côtés seront aiguisés en alternance. Pour les petits tranchants plats (ciseau, rabot de menuisier, etc.) le tranchant incliné comme il se doit, sera frotté en tournant sur la pierre. Enfin, dans le cas de grands tranchants (hache, serpe, faux, etc.) c'est la pierre qui sera mobile et sera frottée en suivant toujours des mouvements de rotation.

Le musée du coticule

A Salmchâteau, un ancien atelier du coticule, construit en 1922, sert aujourd'hui de cadre au musée du coticule. Ce musée aborde le sujet sous tous ses aspects: historique, économique, géologique, exportation, utilisation et surtout sa transformation avec des machines d'époque (scie, rape, couteau à pierre, etc.) qui fonctionnent encore sous les yeux des visiteurs.
 

A visiter:

 
 
 
 
 

A écouter:

 
 
 
 

En images:

Installations de surface. Découpage à la scie à main. Romain Nickelmann, rhabilleur. Dans une galerie d'extraction. Dans une galerie d'extraction. Femmes au doucissage. Veine de coticule. Veine de coticule, exposée au musée du coticule. Coticule. Veine de coticule à Sart. Dans l'atelier d'Ardennes coticule. Musée du coticule à Salmchâteau. Musée du coticule à Salmchâteau. Dans l'atelier d'Ardennes coticule. Dans l'atelier d'Ardennes coticule. Musée du coticule à Salmchâteau. Musée du coticule à Salmchâteau. Musée du coticule à Salmchâteau. Musée du coticule à Salmchâteau.

Top